Google Translate

Bienvenue à l'un des rares sites francophones d'information sur les vins de qualité du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>L’insaisissable minéralité dans le vin</b>

jeudi 20 avril 2017

10 pratiques que la SAQ n'utiliserait plus avec un minimum de concurrence


NOTE: Ce texte a aussi été publié le 20 avril 2017 dans le Huffington Post Québec (voir ici).

Vous êtes-vous déjà surpris à rêver comment les choses pourraient évoluer en votre faveur, si la SAQ avait un peu de compétition à affronter?
 
Quelques unes des pratiques désavantageuses pour les consommateurs que la SAQ utilise présentement (car oui, il y en a)  seraient alors probablement mises de côté dans un tel contexte.

Rassurez-vous. Pour ce faire, nul besoin d'abolir ou même de privatiser la Société des Alcools du Québec

Car il est fréquent pour les ténors du statu quo à tout prix, d'effrayer la population au sujet du moindre petit changement, en dressant un scénario apocalyptique où il est toujours et uniquement question de privatisation (passer de monopole d'état à monopole privée, où est la différence?), et où la population perd un milliard de dollars de revenus qui disparaissent dans la poche de  méchants capitalistes.

Il faut vraiment être ignorant de ce dossier ou de mauvaise foi pour affirmer de telles choses. Entre ne rien faire et la privatisation à tout crin, il y a beaucoup de marge de manœuvre entre les deux. Dans la vie, tout n'est pas noir ou blanc. Le gris en général, domine largement.

Pour ceux qui mélangent privatisation et libéralisation, ce texte de Marc André Gagnon paru le 17 mars dernier dans le magazine virtuel VinQuébec, vous éclairera à ce sujet. 


Il s'agirait donc de conserver la SAQ, avec ses bons côtés, tels son pouvoir d'achat, son expertise, ainsi qu'une présence physique (et non seulement virtuelle) dans toutes les régions de la Belle Province.

Parallèlement, le gouvernement du Québec, pourrait libéraliser le marché du vin comme cela existe déjà pour celui de la bière, en permettant à de nouveaux commerces (ou auxtaillants ayant déjà  un permis de vente d'alcool, comme les épiceries par exemple) d'offrir tout autre produit alcoolisé qui ne fait pas déjà partie du répertoire de la SAQ.

En ne faisant pas ainsi table rase, on ne risque pas de jeter le bébé avec l'eau du bain.

Le Marquis Wine Cellars, magasin indépendant situé au 1034 de la rue Davie à Vancouver

Tout comme pour les cigarettes et l'essencele gouvernement provincial collecte sans l'existence de monopole, plus de 4 milliards de dollars par année par la simple imposition d'une taxe, le même procédé pour les produits vendus hors SAQ, générerait pour les contribuables le même revenu que si ces produits avaient été vendus par celle-ci. Pas d'inquiétude donc pour le milliard actuellement perçu par le gouvernement du Québec.

Dans un récent article, mon collègue du journal The Gazette, Bill Zacharkiw, se demande si les consommateurs seraient vraiment gagnants si le gouvernement apportaient quelques changements au présent système monopolistique. Après la lecture du présent billet, vous serez à même de répondre à cette question. 


Confrontée à quelques concurrents auxquels on pourrait la comparer, la SAQ n'aurait d'autres choix pour justifier sa pertinence, de prendre tous les moyens pour devenir compétitive. Offrir les meilleurs produits disponibles au meilleurs prix possibles deviendrait  alors (enfin) sa priorité.

Puisque toutes les pratiques commerciales sont permises lorsque l'on est fin seul dans le marché, la clientèle étant captive, voici quelques unes de celles-ci que la SAQ devraient vraisemblablement abandonner s'il elle avait un minimum de concurrence. 

Je me suis contenté d'en dresser une nomenclature non exhaustive, puisque c'est d'une chronique qu'il s'agit ici et non d'un livre.

Les nombreux lecteurs européens qui me lisent, pourraient penser qu'il s'agit ici de fabulations. Et bien non, les pratiques qui suivent sont bel et bien utilisées par le monopole d'état québécois en l'absence d'une saine concurrence.  

1. Des prix trop élevés pour les vins de moins de 20$

Jusqu'à tout récemment, la SAQ se prenait une majoration démesurée sur les vins de cette catégorie de prix, comme par hasard la plus populaire auprès de sa clientèle, engrangeant ainsi des profits faciles par cette sur-sur-surtaxation, tel que le démontre le tableau ci-dessous tiré de l'étude MONOPOLE INC.

 
Vous me direz que nous avons eu droit très récemment à 3 baisses de prix, soit au total 1,40$ la bouteille, sur 1,600 vins. Oui mais pourquoi? Parce le gouvernement fédéral a exprimé sa volonté de faire du Canada un véritable marché commun, sans restriction au libre-échange interprovincial, tel qu'enchâssé dans la section 121 de la Constitution canadienne par les Pères de la Confédération. 

Vraisemblablement d'ici environ 2 ans, les nombreuses barrières artificielles entre les provinces qui plombent l'économie canadienne de plus de 30 milliards de dollars à chaque année, tomberont. En prévision de cela, la SAQ se doit d'avoir des prix similaires avec sa voisine la LCBO. On y arrive petit à petit. Mais la LCBO est elle aussi un monopole dont on questionne l'efficience. Imaginez maintenant ce que cela donnerait avec la présence de quelques nouveaux magasins indépendants!

2. Choisir les nouveaux vins en fonction du budget promotionnel

Afin d'attirer des clients et éviter qu'ils ne soient tentés d'aller voir chez le voisin, la Société des alcools du Québec aura tout avantage à choisir avant tout ses produits en fonction de leur qualité et non pas sur leur profitabilité (Voir: Pourquoi la qualité des vins courants de la SAQ continuera de diminuer). 

Pas besoin d'être un expert en vins, pour s'apercevoir que le goût n'est pas le même quand il y a dans notre verre davantage de taxes que de vin.

Cela donne plutôt le goût...d'aller voir ailleurs.


3.  Élimination volontaire des vins d'entrée de gamme

Bien qu'elle l'ait toujours nié publiquement, tous se rappellent combien le nombre des vins de moins de 15$ offert par la SAQ avait fortement diminué en quelques années, au détriment de vins plus dispendieux. Fortement critiquée à cet égard par son unique actionnaire, le gouvernement du Québec, celle-ci redresse la barre depuis quelques temps. Gageons qu'avec la présence de quelques compétiteurs dans le décor, nous ne revivrions jamais plus une telle situation. Mieux, la SAQ s'affairerait plutôt à dénicher les meilleures aubaines sur la planète. Quelle différence!

4. Ne pas indiquer sur les bouteilles lesquelles renferment du vin importé en vrac

Réconforté et encouragé par l'inaction de l'Office de la Protection du Consommateur, la SAQ n'a jamais jugé utile de préciser à ses clients, lesquels de ses vins ont été embouteillés ici avec du vin en vrac (Voir: Des vins de dépanneurs à la SAQ)

Selon elle, la clientèle n'est pas intéressée à le savoir. Avec d'autres commerçants qui eux feront preuve de transparence, la SAQ n'aura droit choix que de les imiter, sinon sa clientèle pensera qu'elle  a quelque chose à leur cacher. En guise de consolation, elle pourra alors utiliser l'étiquette ci-contre que je lui avais offerte gratuitement il y a quelques années.

  
5. Offrir des rabais quelques fois durant l'année sur des vins vendus au départ trop cher

La stratégie est la suivante: on demande aux fournisseurs de juteux budgets pour financer les promotions de la SAQ en cours d'année; pour se rembourser, les fournisseurs vendent leurs vins un peu plus cher à la SAQ, faisant gonfler les prix de vente au détail; c'est lorsque vous l'achetez une ou deux fois par année en promotion que vous payez le "vrai" prix (Voir La Presse: Des rabais qui gonflent les prix).

Il probablement qu'au lieu d'utiliser ce type de promotion où l'on prend un peu les consommateurs pour des pigeons avec de faux rabais, il sera plus avantageux pour la SAQ dans un marché compétitif, de proposer à l'année longue ses vins au meilleur prix possible. Si on vous offre par la suite un vin à un prix réduit, vous saurez alors qu'il s'agit d'une véritable réduction. 

6. Être en rupture de stock pendant des mois sur des vins très populaires

On parle bien sûr ici de vins de spécialité et non de produits courants puisque ces derniers sont très payants. Avec cette stratégie, lorsqu'une catégorie de vins est surabondante parce que certains vins tardent à se vendre, on attend pour placer de nouvelles commandes sur ceux déjà écoulés, le temps que la clientèle achète par dépit ceux qui restent (Voir: Où est passé mon vin?).

Il est évident que si la clientèle avait la possibilité d'acheter de bons vins ailleurs que dans les succursales de la SAQ, ses administrateurs veilleraient à ce que ses produits qui se vendent le plus rapidement soit toujours disponibles.



7. Ne pas mettre d'escompte sur les vins qui s'écoulent peu rapidement 

Cette pratique découle d'une décision de gérer les inventaires de manière passive et non de façon proactive. Lorsqu'on est le seul détaillant de vins de qualité, nul besoin d'agir. Le temps arrange tout au bout du compte.

Afin de pouvoir mettre en pratique la mesure précédente, la SAQ aura besoin d'argent pour racheter ses meilleurs vendeurs, ainsi que de l'espace sur les tablettes. On devra alors se débarrasser du "bois mort" en proposant des rabais d'écoulement. Rien de révolutionnaire là-dedans car c'est ce que tous les détaillants du monde font à tous les jours. 

 8. Ne pas mettre les vins d'importation privée disponibles à l'unité

La SAQ a annoncé l'automne dernier par l'entremise de son président, qu'elle pense pouvoir le faire d'ici 2 ans. Il serait primordial de le faire dès que possible. Présentement, ces vins doivent être achetés à la caisse et sont surtout achetés par les propriétaires de restaurants dans une proportion d'environ 85%.


Si ces vins apparaissaient sur le site internet de la SAQ et pouvaient être disponibles à l'unité pour les particuliers, son répertoire de vins passerait de 8,000 à 24,000 références. Un peu de compétition accélèrerait probablement la mise en place de cette mesure.

9. Ne pas être les premiers à déceler les nouvelles tendances

Si vous avez des concurrents, il vous faut être le premier à découvrir les futurs meilleurs vendeurs de demain. Présentement, la SAQ se contente d'attendre que les tendances soient bien identifiées ailleurs avant d'embarquer dans le bateau. Sa grille de sélection accorde d'ailleurs des points pour les vins qui ont reçu des notes élevées de la part de critiques étrangers, ou qui ont reçu des médailles dans des concours (voir ici).

N'étant plus seule dans le paysage de la vente au détail du vin, celle-ci devra davantage être  à l'affût des plus prometteuses tendances et nouveautés qui pointent à l'horizon, lui permettant d'agir plus tôt que ses concurrents.



10. Octroi de bonis aux cadres de direction

Les cadres de la haute direction reçoivent déjà depuis plusieurs années de juteux bonis de plusieurs dizaines de milliers de dollars basés sur certains objectifs à atteindre. J'ai toujours préconisé la fin de cette pratique. Disons qu'en situation de monopole, de tels bonis sont difficilement justifiables, voire même défendables (Voir: Des primes aux cadres pour mieux vous exploiter).

Par contre, si la SAQ malgré une certaine concurrence  devient et demeure compétitive, tout en atteignant les objectifs fixés par le gouvernement,  je n'aurais alors plus rien contre ces bonis. On pourra même alors dire que ses dirigeants les auront mérités.

Imaginez maintenant pendant 30 secondes, que la Société des alcools du Québec mette en pratique tout ce qui est mentionné ci-dessus.  Nous aurions alors une SAQ qui servirait alors les intérêts des consommateurs avant les siens. Ne seriez-vous pas alors plus heureux et enclins à l'idée d'aller y faire vos emplettes?


 

1 commentaire:

  1. Et si la SAQ offrait des sacs à ses clients? Sortir de là avec les mains pleines est dangereux!!! Ca me renverse de voir le peu de cas qu'ils en font!

    RépondreSupprimer